Alain versus Joel

Publié le par CAROBLOG

A Tokyo, au "Benoit" de Ducasse nous avons dine. Situe a deux pas de la station Omotesando dans un des quartiers les plus "hype" de Tokyo. D'abord on prend l'acsenseur d'un immeuble tout neuf jusqu'au dernier etage. On arrive  ensuite directement dans le restaurant. Une grande piece avec un zinc, des tabourets hauts en bois et acier brosse, de grandes baies vitrees se presente alors a vous. Au sol on dirait des tomettes... Du bois, du verre et de l'acier. Ambiance bistrot, c'est ce qui est ecrit en tout cas sur le depliant offert dehors. En fait d'un bistrot cela semble un peu froid tout de meme... On prend l'escalier en bois et fer forge et on monte a l'etage. Ah c'est mieux! Les chaises en cuir caramel, les banquettes en tissus et les lourds rideaux rouges rechauffent l'atmosphere. Des appliques au murs me font penser a Laura Ashley. Tiens tiens. Il y a donc  un melange de style anglais, de contemporain et de "campagnard" temoignent les oies et autres canards posees sur un vaissellier en pin. On s'installe. On commande. Nous ferons simple: pates, poissons, glace cappucino en dessert. Tout est bon mais...Oui il y a un mais ....C'est bon mais on ne se dit pas "je reviendrai!".L'accueil est pourtant tres correct mais.......cela manque un peu de chaleur tout de meme. On comprend que ce restaurant qui vient d'ouvrir doit faire ses preuves et l'on ressent le poids de cette lourde mission sur les epaules du personnel. C'est un peu dur de dire cela mais c'est ainsi que je l'ai ressentit.Quant au concept bistrot  mediterraneen, ca ne prend pas. D'accord, dans un coin on peut voir une statuette en bronze d'un joueur de petanque mais les statuettes des oies, les tissus anglais a fleurs....Bref pas clair. Je garderai un meilleur souvenir de l'auberge Ostape  au pays basque du meme grand chef.
Le diner fut bon mais meme si nous habitions encore Tokyo je ne crois pas que nous serions devenus des fideles de ce joli restaurant.Au bistot "Benoit" de  Ducasse donc je prefere "L'atelier" de Robuchon. La-bas vous dinez a meme le comptoir et vous pouvez ainsi admirer les chefs qui cuisinent. Le concept est clair. Grand et tres long comptoir noir.  Verres rouges et vaisselles contemporaines blanches.  Noir-blanc-rouge donc jusqu'aux  tenues de travail des chefs. Dans l'assiette on n'est jamais decu. Des saveurs et encore des saveurs! L'accueil est discret et attentionne. Tres attentionne meme et ca ca fait plaisir. Ca ca fait la difference. C'est ce qui fait que en dehors du plaisir des papilles on a envie de revenir!

Publié dans caroculture

Commenter cet article

bonnevisite 02/02/2006 21:19

Je ne connais pas "Benoit" , pourtant  je  peux  imaginer l'ambiance  que  vous avez commenté: correct, c'est  tout...il manque  quelque chose